pense « on peut garder toutes sortes de choses… des galets des
fleurs des souvenirs des brins d’herbe… » s’arrête se demande
pourquoi penser ça quel intérêt penser ça pour lui quelle
différence il y a entre un souvenir et une photo jaunie pour lui
et pour tous les autres à quoi ça sert penser ça ou « la pensée humaine
n’a de limites ni en avant ni en arrière » ou « c’est si agréable de
regarder le lever du soleil… » ou d’autres choses résonantes encore comme
« cette photo sur la commode… » se demande si c’est un besoin religieux
quelque chose de métaphysique ou mystique ou ou mystique encore
et encore se demande d’où vient ce besoin de penser et penser
dans sa tête ces choses disparates qu’il ne contrôle pas bien
d’où cette nécessité de penser comme respirer ou manger ou tenir
ou être dans le flot extérieur des choses se sentir penser
comme s’il fallait que le monde vous envahisse vous
pénètre sans cesse se fasse vous en vous vous imprègne de
ses odeurs couleurs touffeurs et toutes autres musiques amères

 

Psalmodie bouddique, chœur de Gyütö

Cadet Roussel, Claude Arrieu