Alessandro est à Pékin contemple le World Trade Center les tours
de la Défense puis le lac du bois de Boulogne ou du
parc Beihai ou Yuyuantan entend le long de l’avenue des
Champs Élysées le cri acide des coqs se fondre dans les cours
des hutongs aux voix de travestis de l’opéra mêlées
à toutes celles des jeunes militaires de l’armée rouge marche le long
de l’avenue Jianguomenwai assiste à la relève de la garde
républicaine ou royale ne sait plus trop car les événements
les souvenirs des événements ont tendance à se diluer dans l’eau
de sa mémoire mais ce n’est pas important n’est-ce pas ce qui
compte c’est d’être ici maintenant près de la montagne de l’âme
de le savoir voir de Lingshan les gratte-ciel de Hong-Kong
les casinos ou les bordels de Macao dans les vitrines du
Mac Donald de Dengshixikou Dajie retrouver tout dans tout
voir ce qu’il voit dans sa fenêtre des choses déjà vues déjà ou
pas peu importe réclame le droit à l’imagination au
rêve ne s’embarrasse ni d’exactitude ni de vérité pratique
voit ce qu’il voit et le sait et sait ce qu’il veut voir et voit

 

Voix du masque geeglu, Blomba, Côte d’Ivoire

L'attaché d'ambassade, Henri Meilhac