27 février 2013

passionnément

  le soleil monte et descend les étoiles reprennent chaque nuit leur place rien ne change le monde est globalement vert le ciel bleu les enfants s’écorchent toujours les genoux en tombant sur le gravier des parcs les voitures empuantissent l’atmosphère la tourterelle roucoule parce que l’oie cacarde et la perdrix cacabe parce que l’éléphant barrissant refuse de mugir n’est-ce pas qu’il en est ainsi parce que c’est comme ça les hommes poursuivent leurs femmes et celles des autres comme les animaux leurs femelles la terre toujours... [Lire la suite]
Posté par balpe à 13:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

25 février 2013

enfers

  Alessandro n’a jamais réfléchi sur la mort jamais pu jamais voulu sait pas la laisse venir sans plus enfer compte contre tout laisse venir lentement comme toutes autres choses inaccessibles laisse faire ne voit ni ce qu’il pourrait en attendre ni ce qu’il pourrait en dire ni en faire ni en penser laisse venir c’est tout un point c’est tout n’a d’ailleurs la perspective d’aucun autre choix aucun vaste trou noir de sa pensée où s’engloutit toute réalité impensable absolu du vide de l’au-delà de l’être sait qu’elle est le... [Lire la suite]
Posté par balpe à 06:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
23 février 2013

les deux aveugles

  le soir ne lui arrive jamais jamais ni le jour ni la nuit ou la nuit vit dans l’incertitude absolue des choses pas de raison que demain soit ni même que hier ait été s’attend à tout d’un monde où mouvement et matière s’inventent dans une même incertitude où les espaces s’emboîtent dans d’autres espaces encore s’attend à tout regarde la lumière comme un accident la nuit le ciel les odeurs et les sons comme autant de contingences avec lesquelles il doit faire résiste essaie de résister aux impératifs impérieux du corps... [Lire la suite]
Posté par balpe à 10:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
17 février 2013

Werther

  Alessandro regrette la neige qui tombait sur son village d’enfance se lamente sur sa blancheur sa qualité sa quantité ce qu’elle était alors elle la neige l’enfance et tout ce qui va avec comme nostalgie goût de Carambar collé au palais de filaments de bois de réglisse coincés dans l’écartement des dents de lait regrette regrette l’enfance ou la neige ou les neiges de l’enfance ne sait pas trop le regrette regrette ça et tout ce qui allait avec le sourire lumineux de sa mère ou sa grand-mère ou une de ses tantes la voix grave... [Lire la suite]
Posté par balpe à 08:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
14 février 2013

les pèlerins de La Mecque

  Alessandro cherche l’amour a cru parfois le trouver dans la perfection de l’ourlet d’un nombril la chair rouge délicatement gonflée d’une lèvre la délicatesse d’un petit repli de peau entre le haut d’une cuisse et le début d’un ventre très légèrement galbé cherche l’amour la chair qui saura l’incarner dans toute sa perfection avec de grands yeux profonds s’humectant délicieusement dans les moments de plaisir ou de tristesse intense ou des fesses douces lisses comme celles d’un nourrisson mais fermes cependant et faites à la... [Lire la suite]
Posté par balpe à 10:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
09 février 2013

le milicien

  c’est un poète observe les choses sous les choses des choses l’accord entre l’iridescence des plumes d’un canard sauvage et un coucher de soleil par une soirée un peu brumeuse sur l’étale d’un étang paisible de Camargue calcule l’ordre et le nombre de ses gorgées de bière pèse les mots de ses poésies au milligramme parcourt à pas mesurés l’immobilité lyrique des paysages de ses épanchements sentimentaux exige la précision le mot juste au prix de l’abandon du foisonnement de la variété des tonalités de termes qui risquerait de... [Lire la suite]
Posté par balpe à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

08 février 2013

La rencontre imprévue

  ce qu’il écrit c’est pas des mots c’est autre chose pas la vie non plus ni l’amour ni la réalité un moment se demande si l’âme mais dans ce mot est quelque chose d’enfantin effrayant comme l’enfance ou l’enfance se dit alors la langue ou le langage ou le texte ou l’avant-texte mais ça lui fait mal à la tête et ne le satisfait pas non plus alors cherche écrit cherche cherche ce qu’il écrit écrit qu’il cherche ce qu’il cherche qu’il écrit s’enfonce dans ces profondeurs abyssales d’où il remonte parfois avec un goût d’encre dans... [Lire la suite]
Posté par balpe à 17:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
07 février 2013

le carnaval de Venise

  le poète cherche la poésie avec sa lanterne qui tremble regard vif perçant la cherche parfois amusé-anxieux parfois étonné-apeuré il lui le poète lui Alessandro cherche la poésie lui la cherche dans les petits plis des yeux des femmes d’âge mûr dans les jeunes chatons encore veloutés des bogues de châtaigniers dans le cri rauque des tourterelles au fond des parcs solitaires ou dans les rideaux et les voiles qui dissimulent l’ennui quotidien de familles trop peu énamourées encore dans les verbes irréguliers encore dans dans... [Lire la suite]
Posté par balpe à 15:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
06 février 2013

l'attaché d'ambassade

Alessandro est à Pékin contemple le World Trade Center les tours de la Défense puis le lac du bois de Boulogne ou du parc Beihai ou Yuyuantan entend le long de l’avenue des Champs Élysées le cri acide des coqs se fondre dans les cours des hutongs aux voix de travestis de l’opéra mêlées à toutes celles des jeunes militaires de l’armée rouge marche le long de l’avenue Jianguomenwai assiste à la relève de la garde républicaine ou royale ne sait plus trop car les événements les souvenirs des événements ont tendance à se diluer dans l’eau... [Lire la suite]
Posté par balpe à 14:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
05 février 2013

la vierge du soleil

c’est une enfant ses nuits sont sauvages comme les ourses agitées charnelles de bruits fureurs femmes glissant d’un ciel ou l’autre sur de longs boyaux-toboggans pour se perdre se perdre dans l’infini d’abîmes insondables de chants aux lunes rousses blondes brunes c’est d’ailleurs pour ça qu’elle les recherche pour l’imprévu de leur sauvagerie aventurière pour leurs agitations guerrières dont elle se goinfre avec une volupté candide pour leur odeur d’urine forte d’hommes d’action ou les rouges profonds du sang qui dégorge des cous... [Lire la suite]
Posté par balpe à 15:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,