Alessandro dit se dit c’est trop facile beaucoup trop facile de dire que
les choses sont ce qu’elles sont que la vie va comme elle
va que nous n’y pouvons rien c’est ainsi tout va à vau l’eau de
parler des événements du monde comme de l’eau qui sèche
sur la peau exposée au soleil ou la rosée encore ou la brume
légère des matins de printemps parler des malheurs du monde
de leur inaccessibilité des guerres lointaines et si regrettables
mais qu’y faire n’est-ce pas c’est si loin et nous sommes si peu
de choses c’est trop facile bien trop facile de dire de parler de ça
raconter comment les femmes accusées d’adultère sont
lapidées ici ou là comment des enfants cherchent des croûtes
moisies de pain dans les dépôts d’ordure ou vendent pour cela
aussi leur innocence deviennent granit ou bronze parfois acier
tranchant lame de couteau affûtées par leurs envies de meurtres
comment les champs de pavots fleurissent sur le malheur ou
tant de choses encore lointaines si hors de portée si théoriques
conversations de salon c’est si facile n’est-ce pas si élémentaire
accessible rassurant ou propre mais sinon que faire et puis encore que faire

 

Voix des esprits mai Papouasie Nlle Guinée 

Le maître de musique