20 mars 2013

le maître de musique

  Alessandro dit se dit c’est trop facile beaucoup trop facile de dire que les choses sont ce qu’elles sont que la vie va comme elle va que nous n’y pouvons rien c’est ainsi tout va à vau l’eau de parler des événements du monde comme de l’eau qui sèche sur la peau exposée au soleil ou la rosée encore ou la brume légère des matins de printemps parler des malheurs du monde de leur inaccessibilité des guerres lointaines et si regrettables mais qu’y faire n’est-ce pas c’est si loin et nous sommes si peu de choses c’est trop facile... [Lire la suite]
Posté par balpe à 06:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 mars 2013

la finta cameriera

  c’est sûr ça ne reviendra pas le temps le temps ne reviendra pas en tous cas pas le sien aimerait bien qu’il en soit autrement mais sait que non que ça ne reviendra jamais comme retour en sa conscience la longue sirène stridente du temps qui troue l’espace en avant jamais en arrière il le sait l’a toujours su sait qu’il l’a toujours su et que ça sera toujours ainsi cette longue déchirure de sons qui n’en finissent pas de déchiqueter lentement les feuilles de papier couvertes des signes de ce qu’envers et contre tout malgré... [Lire la suite]
Posté par balpe à 10:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 mars 2013

la muette

  c’est chaud grisâtre sale plutôt sale ça clapote vaguement clapote fait des bruits indistincts frottements chuintements soupirs gargouillis gémissements des bruits sur des bruits c’est grand très grand son œil s’y perd surtout dans les miroitements sans fin d’un soleil chaud trop chaud c’est plat plat plat ça bouge un peu pas trop c’est chaud pas trop désespérant de lassitude et de répétition Alessandro regarde ça regarde comme ça parce que c’est comme ça qu’il est là et que c’est comme ça toujours même et parfois un peu... [Lire la suite]
Posté par balpe à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
05 mars 2013

le caïd

  ne boit pas pour oublier le ventre bleui de la jeune fille violée un soir au coin de deux rues dont il n’a d’ailleurs pas retenu les nom ni pour se distraire ne boit pas pour se désaltérer pour changer son passé en futur ni pour faire naître des brouillards d’images dans son crâne si plein du vide de ses désirs ni pour effacer les contradictions qui l’assaillent ne boit pas non plus parce que c’est ce qu’il faut faire pour être un homme parmi les hommes ne boit pas pour ça boit pour boire parce que ne sait pas faire autre... [Lire la suite]
Posté par balpe à 19:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,