Alessandro cherche l’amour a cru parfois le trouver dans la perfection de
l’ourlet d’un nombril la chair rouge délicatement gonflée d’une
lèvre la délicatesse d’un petit repli de peau entre le haut d’une
cuisse et le début d’un ventre très légèrement galbé cherche
l’amour la chair qui saura l’incarner dans toute sa perfection avec
de grands yeux profonds s’humectant délicieusement dans les moments
de plaisir ou de tristesse intense ou des fesses douces lisses comme
celles d’un nourrisson mais fermes cependant et faites à la main
ou encore ou encore ce quelque chose d’indéfinissable qui entre
les ailes du nez et les petits plis de la bouche signe la profondeur
du goût pour le désir comme ce rapport géométrique parfait entre
la longueur d’un cou et la courbe d’une poitrine depuis les épaules
jusqu’à la pointe érigée des seins donne des théorèmes à son
désir cherche des origines des causes à l’imprévu de ses émois
établit les raisons des causes et l’épistémologie de son goût pour
la chair pour les plis plissements replis pliures plissures où
la peau cache plaisir désir promesses de jouissances rêves d’amour
cherche l’un l’une l’autre l’autre cherche encore et encore encore

 

Chant druphad

Les pèlerins de la Mecque, Christoph Wilibald Glück