18 juin 2013

Madame l'archiduc

  Alessandro est un grand mystique s’abîme dans la contemplation des brumes bleutées du lever du jour adoucissant les lignes des toits des villages ou les infinis changements colorés des surfaces marines dans les anses bretonnes ou encore les lumineuses profondeurs vertes des sous-bois sculptées par des averses de lumière ou même se dissout dans les masses aveuglantes des chaleurs d’août Alessandro se confond avec son sentiment du monde il vise cela le désire intensément ne trouve nulle part ailleurs telle plénitude sentiment... [Lire la suite]
Posté par balpe à 08:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 mai 2013

Gli artigiani arricheti

  le vieux poète est vieux c’est un poète avec une tête de vieux poète cheveux soleil blanc de frondaison de soir lumineux lumineux d’automne Alessandro voit le vieux poète dans le miroir le voit ne le regarde pas ne veut pas ne veut pas le regarder Alessandro sait que le vieux poète est vieux il sait ça voit ses cheveux blond-soleil diffractés sur la mer par une calme soirée d’été et ça ne le rassure pas ni rien d’autre rien d’autre entre eux que le temps glissant en silence sur la surface liquide impassible du miroir rien... [Lire la suite]
Posté par balpe à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
12 mai 2013

Il prigionier superbo

  Alessandro est capable de tout faire sait tout de tout sur tout maîtrise le calcul intégral comme les théories quantiques ou la sociologie de la société de l’information pourrait conseiller des ministres de n’importe quel gouvernement saurait prévoir des catastrophes mettre son savoir au service des causes les plus urgentes contrecarrer les dessins machiavéliques des mafias les plus diverses retirer les marrons de n’importe quel feu être efficace donner des conseils utiles et même indispensables écrire des poèmes inoubliables... [Lire la suite]
Posté par balpe à 10:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 avril 2013

La boîte au lait

  Alessandro est malheureux sa vie a une odeur de vernis recouvrant des heures formelles parfois un goût de merdes celles dans lesquelles il marche de temps à autre qui l’obligent à nettoyer ses semelles crantées avec des brindilles de bois des morceaux de carton ou autres instruments improvisés mais cela ne présage jamais du pire qu’il sent là quelque part possible bien que tout à fait indéfinissable car ses jours sont des jours qui succèdent les uns aux autres sans autres raisons que leurs succession or la distance à parcourir... [Lire la suite]
Posté par balpe à 11:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 avril 2013

il piccolo diavolo rosso

  Alessandro se passionne d’abord pour la littérature lit dévore puis trouve que le football ne manque pas de charme puis le tennis la course à pied la musique mongole ouzbèque l’opéra l’opéra en effet mais il y a tant d’autres choses encore l’instant d’après c’est la natation la natation la natation ou le vélo les rêveries devant les paysages les promenades en forêt l’archéologie la science et son histoire l’histoire et l’histoire des sciences la science de l’histoire la religion le problème de dieu l’occupe en effet un instant... [Lire la suite]
Posté par balpe à 17:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
03 avril 2013

Il Cinese rimpatriato

  Alessandro la regarde elle elle a l’air fragile si fragile la regarde voudrait la toucher savoir si elle est de chair et de sang comme lui ou d’une autre matière voudrait la toucher ne cesse de la regarder toucher son cou son pied son ventre ses seins ses lèvres la toucher rien que la toucher pour voir pour être sûr sûr de ce qu’elle est être sûr que ça vaut le coup de penser à elle la regarder sans peur de la détruire ou même d’altérer simplement altérer l’équilibre subtil des teintes de sa peau depuis les si légers cernes... [Lire la suite]
Posté par balpe à 11:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09 mars 2013

la muette

  c’est chaud grisâtre sale plutôt sale ça clapote vaguement clapote fait des bruits indistincts frottements chuintements soupirs gargouillis gémissements des bruits sur des bruits c’est grand très grand son œil s’y perd surtout dans les miroitements sans fin d’un soleil chaud trop chaud c’est plat plat plat ça bouge un peu pas trop c’est chaud pas trop désespérant de lassitude et de répétition Alessandro regarde ça regarde comme ça parce que c’est comme ça qu’il est là et que c’est comme ça toujours même et parfois un peu... [Lire la suite]
Posté par balpe à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
25 février 2013

enfers

  Alessandro n’a jamais réfléchi sur la mort jamais pu jamais voulu sait pas la laisse venir sans plus enfer compte contre tout laisse venir lentement comme toutes autres choses inaccessibles laisse faire ne voit ni ce qu’il pourrait en attendre ni ce qu’il pourrait en dire ni en faire ni en penser laisse venir c’est tout un point c’est tout n’a d’ailleurs la perspective d’aucun autre choix aucun vaste trou noir de sa pensée où s’engloutit toute réalité impensable absolu du vide de l’au-delà de l’être sait qu’elle est le... [Lire la suite]
Posté par balpe à 06:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
17 février 2013

Werther

  Alessandro regrette la neige qui tombait sur son village d’enfance se lamente sur sa blancheur sa qualité sa quantité ce qu’elle était alors elle la neige l’enfance et tout ce qui va avec comme nostalgie goût de Carambar collé au palais de filaments de bois de réglisse coincés dans l’écartement des dents de lait regrette regrette l’enfance ou la neige ou les neiges de l’enfance ne sait pas trop le regrette regrette ça et tout ce qui allait avec le sourire lumineux de sa mère ou sa grand-mère ou une de ses tantes la voix grave... [Lire la suite]
Posté par balpe à 08:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
14 février 2013

les pèlerins de La Mecque

  Alessandro cherche l’amour a cru parfois le trouver dans la perfection de l’ourlet d’un nombril la chair rouge délicatement gonflée d’une lèvre la délicatesse d’un petit repli de peau entre le haut d’une cuisse et le début d’un ventre très légèrement galbé cherche l’amour la chair qui saura l’incarner dans toute sa perfection avec de grands yeux profonds s’humectant délicieusement dans les moments de plaisir ou de tristesse intense ou des fesses douces lisses comme celles d’un nourrisson mais fermes cependant et faites à la... [Lire la suite]
Posté par balpe à 10:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,